samedi 1 juillet 2017

320. CHRONIQUE : The Paper Magician, tome 2. The Glass Magician.


The Paper Magician, tome 2 : The Glass Magician.
Charlie N. Holmberg (2017)
Fantasy
Langue française
Lecture numérique.

Chronique The Paper Magician (tome 1)
Acheter The Glass Magician (tome 2) 

Attention ! Spoilers sur la fin du tome 1 :
Trois mois après avoir rendu son cœur au magicien Emery Thanes, Ceony Twill est bien partie pour devenir Plieur. Malheureusement, toutes ses pensées ne sont pas uniquement tournées vers la magie du papier : bien qu’on lui ait prédit une histoire d’amour, Ceony n’a toujours pas réussi à dépasser la barrière étudiant-professeur qui la sépare d’Emery, en dépit de leur intimité grandissante.

Lorsqu’un magicien revanchard est persuadé que Ceony possède un secret, il fait le vœu de le découvrir… même si cela doit compromettre l’essence même de leur magie. Ceony comprend qu’elle devra trouver les vraies limites de ses pouvoirs quand ceux qu’elle aime le plus se retrouvent victimes d’une série d’attaques dirigées contre elle… tout en faisant en sorte que son savoir ne tombe pas entre de mauvaises mains.

Avis

Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Amazon Crossing pour l'envoi de ce SP numérique.

J'avais énormément apprécié le premier tome, mais j'avais parlé de quelques irrégularités dans le rythme, d'une utilisation presque inexistante d'Emery Thane et j'avais peur de retrouver une Ceony toute in love, ce qui ferait d'une héroïne casse-cou et (trop) intrépide une guimauve raplapla. Une nouvelle fois, ce court roman est une réussite (même si mon avis est plus en demi-teinte) : les pages se tournent à une allure folle et une fois que vous l'avez commencé, vous ne pouvez plus le lâcher.

On ne pouvait pas se tromper... Maintenant que Ceony a littéralement parcouru le cœur d'Emery, elle en est éprise. Je sais qu'apparemment le professeur fait partie des fantasmes romantiques de base, mais peut-être que j'aurai aimé un roman dénué de tous sentiments amoureux. Il faut dire qu'ici, je n'en vois pas l'intérêt. L'apprentie magicienne passe une grosse partie de ce court livre à être aux petits soins et à se poser mille et une questions sur son cher et tendre, devenant une véritable mère poule, cliché de la ménagère des années 50', alors qu'elle est censé être forte et téméraire.

Ne vous inquiétez pas, elle reste téméraire, plus même : inconsciente. Si vous pensiez qu'elle ne pourrait pas aller plus loin que dans le premier tome, attendez de lire celui-ci. Lorsqu'une série d'attentats semblent impliquer Ceony, elle fonce dans le tas, tête la première, sans penser aux conséquences.

Ce tome est résolument plus sombre : attentat, explosions, torture, combat. J'ai été déçue que le gros psychopathe de la bande « portait des vêtements ordinaires, mais il se distinguait par sa peau mate et sa haute taille », dans un roman d'ambiance victorienne, et légèrement steampunk, j'ai trouvé que ça ancrait le roman dans cette problématique que l'on retrouve de plus en plus et qui nous fait tant régresser :la peur de l'autre par discrimination physique et l'association terrorisme et personne de couleur. Ça m'a vraiment dérangée, Ceony ajoute qu'elle «  n'avait aucune raison de soupçonner un étranger. beaucoup d'immigrés vivaient en Angleterre » mais c'est bien le cas. Pour calmer mes élans ronchons, je me suis dit qu'elle avait peut-être senti son aura de méchant et ne s'était pas intéressée à son ethnie, appelons-ça le bénéfice du doute. Quoiqu'il en soit, j'aime les capacités et la réflexion de cet homme.

Par Mg. Aviosky et surtout Delilah, une amie de Ceony, nous en apprenons plus sur la magie du verre, et c'est véritablement passionnant d'imaginer tout ce qui pourrait ressorti d'un tel produit. J'aime toujours autant le fait que la magie ne soit pas omnipotente mais le fruit d'un grand travail et d'un liaison, entre un être humain et une production humaine : métal, papier, verre, caoutchouc, tout à un intérêt et j'aime voir les différentes possibilités de chaque magie. J'apprécie également le côté stage et institutionnalisation du milieu magique, qui fait penser à l'institution scolaire (avec un peu plus de fun quand même…)

La question du rythme disparate se retrouve de nouveau dans ce tome, début lent, beaucoup d'actions trop rapides par la suite. Mais cet enchaînement est peut-être également ce qui fait qu'on ne lâche pas le roman. Emery Thane est un peu plus mis en avant que dans le premier tome, mais toujours pas assez à mon goût, tout comme Mg. Aviosky. Certains personnages apparaissent pour disparaître tout aussi instantanément alors qu'ils me semblaient intéressants : peut-être reviendront-ils dans l'ouvrage suivant ? Grath restera le personnage que j'ai le moins apprécié, à la fois terrible, admirable par sa détermination, mais également affaibli par les sentiments, il reste un méchant sympa mais sans plus.

Que va-t-il se passer dans le troisième tome ? Comment Ceony va pouvoir accepter les conséquences de ses actes irréfléchis ? Quelles vont être les répercussions cette découverte majeure de fin de tome ?

En conclusion, La plume de Charlie N. Holmberg est toujours aussi fluide, se lit toujours aussi bien et vite. L'abus de sentiments sont parfois trop lisses ou trop attendus et j'aurai aimé plus de mystère mais l'action est là, les rebondissements, ainsi qu'un univers plus sombre et percutant. J'ai hâte de découvrir le dernier tome The Master Magician et d'avoir la réponse aux potentielles questions que l'on peut se poser.

 Le livre en un gif 



Vous l'avez lu ? N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !


5 commentaires:

  1. J'aime toujours autant l'originalité de cette couverture et l'univers me tente énormément !

    RépondreSupprimer
  2. Tellement hâte d'arriver au tome 3 !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Je suis ravie de voir que tu as passé un bon moment lecture !

    RépondreSupprimer
  4. C'est une saga que j'aimerai beaucoup découvrir! Je pense que cet été, je vais céder =)

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...