vendredi 21 février 2014

12. CRITIQUE : Supercondriaque (AVP)

Jeudi après-midi, j'étais ravie de ne pas devoir aller au travail (vacances scolaires oblige) et de pouvoir accompagner ma mère à l'avant-première à laquelle elle voulait assister : Supercondriaque. La première fois qu'elle a vu la bande-annonce, elle m'a annoncé qu'on faisait un film sur moi. Ce n'est pas le cas ! Nous sommes arrivés très à l'avance, avons subit la playlist très limitée du cinéma (et beaucoup trop de Stromae) en boucle. Et enfin, le film !

N'étant pas sorti, je ne vais pas m'étendre sur son histoire, de plus que les bandes-annonces parlent d'elles-mêmes, mais je parlerai sur mes ressentis : en cette période sombre (avouons-le, nous sommes tous dépressifs en ce moment), ça fait du bien de rire et c'est ce qu'apporte le film. Ce n'est pas intelligent, loin de là, c'est gros, ridicule parfois mais on rit. Peut-être principalement parce que les autres rient. Parce que certains rires sont tellement communicatifs (celui de Dany Boon, mais également de quelques personnes dans la salle) qu'on fini par se marrer quand même. Le scénario n'est pas crédible une seule seconde, ce n'est pas pour ça que l'on va voir ce genre de chose « bon enfant ». C'est un mix de plusieurs succès, l'utilisation à outrance de mimiques ou encore d'un accent qui vient d'un peu partout sans vraiment savoir d'où. Je pense que c'est le genre de film que l'on voit une fois, au cinéma pour le côté populaire, mais qui nous ennuierait profondément à la maison. La partie qui m'a fait rire cependant (malgré son niveau...) est celle du policier de l'immigration parce que la littérature, c'est son dada... Et Marte Villalonga parce que je l'aime. N'empêche, j'insiste sur le fait que j'ai beaucoup ri, ce film détend grandement !

… A la fin de la projection, nous avons attendu un bon moment, l'équipe étant bloquée sur la route en revenant d'un hôpital d'enfants malades. On nous annonce le programme : les acteurs vont arrivés, nous allons pouvoir leur poser des questions après leur présentation et ensuite, les dédicaces. Et, alors que l'on nous présente des bandes-annonces déjà vu quarante fois, voilà que des trombes arrivent « Désolés ! Pardon ! On est en retard » Aucune possibilité de photos pour ceux qui n'ont pas pu venir. Ils se présentent, rient, racontent leur vie, commencent à répondre aux questions. Bientôt un téléphone sonne, Danny Boon y répond, puis nous annonce que la personne au bout du fil ne l'a pas cru, comme c'est étonnant ! En tout cas, ça m'a bien fait rire !

Les questions continuent et, d'un coup d'un seul, voilà qu'ils s'enfuient. Nous ne savons pas si les cartes en bas étaient ou non signées par avances, elles étaient toutes disparues le temps que la béquilleuse que je suis descende les marches en se faisant largement marcher dessus. Je ne suis finalement jamais arrivée en bas, ma mère ayant constaté que tout avait disparu. Nous ne pouvons pas dire que nous n'étions pas déçus, peut-être avaient-ils un planning chargés... Il n'empêche que la tristesse se lit dans les yeux de beaucoup. Personnellement j'aurai juste aimer les saluer de plus près et dire à Kad de ne pas divorcer de O. Tant pis...


Date de sortie : 26 février 2014.
Réalisation : Dany Boon.
Nationalité : Français.
Genre : Comédie.
Durée : 107 minutes.

Acteurs présents : Dany Boon, Alice Pol, Kad Merad, Jean-Yves Berteloot, Bruno Lochet.

Quelques photos (moches) que j'ai pris.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...