dimanche 13 décembre 2015

216. PAL décembre-janvier.

PAL décembre - janvier

Bonjour, bonsoir, bonjoir.

Ce soir je vous parle de ces non-vacances que je vais avoir grâce à l'université et au fait que, durant le NaNoWriMo, j'ai totalement mis de côté tout ce qui n'était pas à proprement parler des devoirs...

Oui, je regrette.

Alors, je suis actuellement à 50% de L'Adversaire d'Emmanuel Carrère, qui n'est pas sur la photo. Pour le moment, je ne suis pas conquise et j'ai vraiment du mal à ne pas ressortir de cette lecture... Partiel jeudi :) Synopsis en petit et italique, vous pouvez les passer si vous voulez :P
Le 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand a tué sa femme, ses enfants, ses parents, puis tenté, mais en vain, de se tuer lui-même. L'enquête a révélé qu'il n'était pas médecin comme il le prétendait et, chose plus difficile encore à croire, qu'il n'était rien d'autre. Il mentait depuis 18 ans, et ce mensonge ne recouvrait rien. Près d'être découvert, il a préféré supprimer ceux dont il ne pouvait supporter le regard. Il a été condamné à la réclusion perpétuelle à perpétuité.
Ensuite, durant les vacances, je vais enfin pouvoir attaquer le corpus de francophonie sur lequel se base les cours : Un nègre à Paris, Place des fêtes et Cités à comparaitre. D'ailleurs XX nous fera une conférence lors de notre dernier cours de janvier. Et de même, je dois rendre un dossier sur Gouverneurs de la rosée.  Les synopsis, dans l'ordre :
• Dès sa parution, un Nègre à Paris annonçait une ouverture de la conscience africaine sur le monde occidental que Bernard Dadié devait par la suite, enrichir dans Patron de New York et La ville où nul ne meurt. Ouverture qui est aussi une confrontation animée en profondeur par une quête d'identité. Bernard Dadié va à Paris ; il regarde et il juge, à la fois fasciné par cette ville transfigurée dans l'imagination du jeune homme nourri de culture française, et critique: mesurant la réalité parisienne au mythe qu'il s'en était fait, au savoir scolaire qu'il en avait. Cet home séduit, mais non dupe, erre dans la grande ville, c'est un homme soucieux surtout d'éprouver la consistance de son être-nègre face à ce monde blanc familier et étranger. Affaire sérieuse: cette flânerie souriante reste, sur le mode tendre et ironique, une longue marche vers la reconnaissance.

• Qui est cet homme qui raconte ? Quel âge a-t-il ? Comment s'appelle-t-il ? Nous savons seulement que son nom pose problème, comme sa peau. Nous savons quand même beaucoup d'autres choses sur lui !Par exemple que ses parents, Noirs, sont nés là-bas avant d'arriver en France pour brouter comme les gnous. Que lui-même est né en France, comme ses deux petites sœurs actuellement putes en Hollande et comme sa cousine, qui a de gros et beaux seins, qu'il aime malgré l'inceste. Qu'il a aimé la cousine de son ami le Malien, qu'ils ont d'abord violée, cet ami et lui. Qu'il a eu des relations avec l'une de ses petites sœurs, qu'il aurait même voulu en avoir avec sa pute de mère (ce n'est pas clair ! ). Qu'il adore cette mère et semble détester son putain de papa obsédé par l'idée de retourner mourir dans son pays natal malgré sa nouvelle nationalité tricolore ! Qu'il est devenu le proxénète de sa cousine et de sa nièce...Humour, ironie et cynisme dérangeront sans doute les antiracistes, les racistes et les victimes (ou prétendues victimes ?) du racisme. Place des Fêtes, y a la joie, toujours y a la joie !...

• " Je crève d'envie de raconter toute l'histoire mais pour l'instant y a rien qui sort et tout ce que je peux dire c'est que j'ai un grand vide dans l'estomac. C'est pas la faim qui me creuse. C'est la peur sous la peau dans le parking de mon ventre. Putain, tout ça c'est comme si y avait des extraterrestres qui m'avaient programmé depuis qu'on m'a posé les fesses dans le berceau. Je fais peut-être partie d'un plan secret des militaires ou de la CIA. Ça arrive dans les films ces trucs-là. Un mec vit sa vie, tout va bien, il a des gosses et tout le reste et puis au bout d'un moment il comprend qu'il est juste une marionnette et que c'est des big boss planqués quelque part dans les étoiles qui tirent les ficelles de sa life. Alors le mec il pète un câble et le film il commence comme ça. "

• Bien-Aimé et Délira, un vieux couple de haïtiens, attend depuis 15 ans son fils Manuel parti chercher du travail à Cuba. A son retour, celui-ci découvre son village divisé par d'anciennes querelles et une terre aride et désolée. L'amour qu'il porte à la belle Annaïse suscite des jalousies. Avec courage et obstination, il part à la recherche d'une source ; il finit par trouver l'eau et tente alors de réconcilier les deux clans rivaux ; au moment d'y parvenir survient un drame terrible...
 Et en parallèle, il faut que je poursuive ma lecture VO de la saison d'automne Fangirl et mon premier tome des  Aventuriers de la mer, et puis lire le 2nd tome du manga xxx HOLiC Rei. Et niveau ebook, je suis en retard dans beaucoup de lectures. Oops.
• Cath est fan de Simon Snow. Ok, le monde entier est fan de Simon Snow...
Mais pour Cath, être une fan résume sa vie - et elle est plutôt douée pour ça. Wren, sa soeur jumelle, et elle se complaisaient dans la découverte de la saga Simon Snow quand elles étaient jeunes. Quelque part, c'est ce qui les a aidé à surmonter la fuite de leur mère.
Lire. Relire. Traîner sur les forums sur Simon Snow, écrire des fanfictions dans l'univers de Simon Snow, se déguiser en personnages pour les avant-premières de films.
La soeur de Cath s'est peu à peu éloignée du fandom, mais Cath ne peut pas s'en passer. Elle n'en éprouve pas l'envie....

• Les vivenefs sont des vaisseaux magiques attachés par des liens empathiques à la famille qui les possède. Ces navires insaisissables bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates... et font l'objet de toutes les convoitises. Le capitaine de la Vivacia, Ephron Vestrit, se meure. Parmi les siens, chacun ourdit complot et trahison pour s'approprier son vaisseau, car une vivenef ne se transmet pas comme un legs ordinaire. Pendant ce temps, d'autres dangers se profiles à l'horizon : les serpents de mer qui infestent les océanes se regroupent, et un ambitieux pirate aspire à unir ses pairs sous un seul pavillon : le sien.

• Yûko accueille dans sa boutique une cliente un peu particulière : on l'appelle le moineau de nuit, elle a l'apparence d'une petite fille papillon mais elle est en réalité très âgée… Elle vient voir la sorcière car elle a un vœu à lui faire exaucer. Il s'agit de venir en aide à l'esprit de la montagne, qui ressemble à un grand chien sauvage. Watanuki et Dôméki partent à la rencontre de ce dernier qui leur tient un discours résigné et mélancolique. “Rien n'est éternel et une fois qu'on a perdu quelque chose, rien ne peut le ramener”… Les paroles de Yûko l’aideront-ils à comprendre ce discours et à poursuivre son cheminement spirituel ?

10 commentaires:

  1. Bon bah je te souhaite pleins de bonnes lectures ma belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais tenté de lire l'un de ces romans en octobre, je m'étais ennuyée ferme, j'espère que ce sera la bonne :)

      Supprimer
  2. Le seul que j'ai lu et connait est Fangirl.
    Je te souhaite d'excellentes lectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais avoir répondu :o Merci beaucoup. Fangirl est ma lecture VO, je l'avance beaucoup trop lentement :( Merci !

      Supprimer
  3. Un beau programme! J'espère que Les aventuriers de la mer te plaira, j'avais bien aimé même si L'assassin royal garde ma préférence :) Bonnes lectures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) J'en suis persuadée ! J'aime déjà beaucoup :)

      Supprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...